COMMENT GARDER VOS PIEDS AU CHAUD EN VÉLO PENDANT L’HIVER

 In How to Wear, Word of Foot

Billet de blogue signé Tom Babin

Ça ne m’a pas frappé comme un éclair. C’est comme si mon subconscient, habitué à cette absence, avait fini par y réagir. C’est alors que je l’ai réalisé : Hé, je n’ai pas froid aux pieds.

Ce fut une bonne journée, comme j’en ai vécues plusieurs depuis. Ça semble si peu important, jusqu’à ce qu’on s’en rende compte ; mais avoir les pieds bien au chaud, c’est devenu un élément clé quand je fais du vélo pendant l’hiver.

Trop souvent, on ne pense pas à protéger nos pieds quand arrive la saison froide — comme c’était le cas pour moi. Trop de gens ne prennent pas la peine d’ajuster leurs choix de chaussures à notre climat. On a tous vu ces esclaves de la mode qui attendent l’autobus dans des températures glaciales, les chevilles exposées, grelottant sous le vent cinglant, ou sautillant péniblement dans la gadoue, dans leurs chaussures de sport mouillées, les pieds gelés jusqu’à l’os.

(J’ai déjà entendu parler d’un programme consistant à donner des chaussettes de laine chaudes à des enfants pauvres condamnés à porter des chaussettes aux chevilles en plein mois de février, parce que c’est tout ce qu’ils pouvaient se payer. Le programme portait un nom approprié : « Les mardis des chaussettes hautes ». Je parie qu’on pourrait proposer le même type de programme dans un bureau d’avocats du centre-ville et qu’on y trouverait des partants. La prochaine fois que vous entendrez quelqu’un se plaindre du froid en hiver, regardez ce qu’ils portent comme chaussettes. Probablement de chics petits bas de coton.)

Trop de cyclistes s’entêtent à porter les mêmes chaussures de vélo tout l’hiver. Changez-les pour quelque chose de plus chaud. Photo par Tom Babin.

Ce type de négligence s’applique aussi à ceux et celles qui sont tellement passionnés de vélo qu’ils tiennent à étirer leur saison pendant les mois d’hiver.  En général, il est facile de conserver sa chaleur à vélo. Le fait de pédaler garde le corps à une bonne température. La plupart d’entre nous connaissons l’importance de bien couvrir sa tête (merci à toutes les mamans !). Les mains froides sont un signe avant-coureur quand l’automne arrive, ce qui nous incite à sortir les gants, mitaines et autres accessoires appropriés.

Mais pour ce qui est des pieds, on a tendance à oublier. Plusieurs cyclistes sont réticents à laisser leurs chaussures de vélo habituelles de côté, convaincus que le fait de mordre dans leurs pédales les rend plus rapides — une idée que réfute l’auteur Grant Peterson dans son livre « Just Ride » (À moins d’être un professionnel, écrit-il, le gros de la puissance provient de la pression que vous exercez vers le bas. Au mieux, une bonne adhérence va améliorer votre mouvement ascendant, sans vraiment augmenter la puissance). Malheureusement, la plupart des chaussures de vélo font pitié pendant l’hiver. Elles ne gardent pas la chaleur, elles ne protègent pas contre l’humidité et ne sont pas d’une grande utilité pour vous stabiliser sur la glace.

La solution contraire peut s’avérer tout aussi problématique. Après avoir décidé de tenir mes pieds au chaud, j’ai commencé à porter mes immenses bottes « bonnes jusqu’à -30 C » lors de mes randonnées hivernales. Ces bottes sont excellentes pour pelleter de la neige, mais sur mon vélo, elles étaient plutôt encombrantes, lourdes et moites. Je les porte encore quand il fait un froid polaire, mais le fait d’arriver à destination déguisé en yeti n’est pas à mon avantage.

Pour moi, la grande révélation pour la pratique du vélo l’hiver en ville m’est apparue sous la forme de bottes de cuir australiennes super pratiques. Je les avais d’abord achetées pour l’automne, mais j’ai continué à les porter quand l’hiver est arrivé. Elles étaient chaudes, imperméables, et elles étaient confortables au bureau toute la journée. Puis un jour, au beau milieu de l’hiver, après avoir roulé dans la neige et le froid pendant des semaines, j’ai soudainement allumé : je ne me rappelais plus la dernière fois que je m’étais plaint d’avoir froid aux pieds. Ces bottes sont incroyables.

Mes bonnes vieilles Blundstone sont idéales pour faire du vélo en hiver, elles gardent mes pieds au chaud et, en plus, je peux les porter au travail toute la journée. Photo par Tom Babin.

Je suis parfaitement satisfait de mes Blundstone, mais ça n’a rien à voir avec la marque (l’entreprise ne me paye pas pour écrire ceci, je vous le jure). Plusieurs autres marques et modèles pourraient faire l’affaire. La chose importante, c’est que ce sont des bottes ; elles gardent au chaud, bien au sec, et on peut les porter à longueur de journée. Combinées à une bonne paire de chaussettes hautes (préférablement en laine mérinos), elles ont prouvé qu’elles peuvent affronter les pires conditions hivernales.

Même quand je l’écris, ça m’apparaît comme une vérité de La Palice :« Des bottes pour te garder les pieds au chaud. Merci de m’ouvrir les yeux, docteur ! » Mais ça m’a pris si longtemps pour le réaliser, et j’entends tellement de gens se plaindre du froid en vélo que j’ai ma théorie là-dessus : je suis persuadé qu’une des raisons principales pourquoi les gens haïssent inconsciemment l’hiver, c’est qu’ils ont froid aux pieds — et c’est ce que j’ai voulu partager.

En bref : rangez vos chaussures de vélo. Achetez des chaussettes chaudes. Portez de bonnes bottes. Profitez de l’hiver.

Article paru originellement dans le magazine Shifter

Recommended Posts

Leave a Comment

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search